‫الرئيسية‬ Actualités Un partisan de l’autonomie claque la porte au nez des dirigeants du Polisario
26 أبريل 2012

Un partisan de l’autonomie claque la porte au nez des dirigeants du Polisario

Un chef militaire claque la porte au nez de ses dirigeants pour retourner au Maroc. Il s’agit de Bachir Boujamâa Nasri Oueld Sidi Mouloud de la tribu Labeyhate, qui a son poids dans la hiérarchie du Front Polisario où il occupait le poste de chef de bataillon. Il vient de regagner la ville de Laayoune, chef-lieu des provinces marocaines du sud, où il a reçu un accueil des plus chaleureux. Très fidèle au début de sa carrière, à la cause séparatiste du Polisario, Bachir Nasri a décidé de tout claquer. Il déclare avoir été très déçu du comportement discriminatoire et esclavagiste des dirigeants du Polisario à l’égard des réfugiés sahraouis et particulièrement ceux issus de la tribu Labeyhate. Après avoir constaté que ses rapports étaient devenus ces derniers mois, très tendus avec la direction du Polisario soutenue par le DRS (services de renseignements militaires algériens), Nasri qui a eu peur pour son intégrité physique, décida de quitter définitivement les camps de Tindouf pour regagner la mère patrie. Le traitement inhumain et affligeant réservé à l’ancien chef de la police sahraouie, Mustapha Salma Oueld Sidi Mouloud a été la goutte qui a fait déborder le vase chez Bachir Nasri.

Les deux hommes, sont de fervents défenseurs à Tindouf, de l’autonomie du Sahara Occidental sous souveraineté du Maroc, comme seule solution pouvant mettre fin aux souffrances des Sahraouis et leur permettre de vivre en dignité. Dans les camps de Tindouf, Bachir Nasir a pu s’imposer comme chef de file lors de nombreuses manifestations pour soutenir Mustapha Selma et dénoncer les abus et les dérives des dirigeants du Polisario à l’endroit des populations sahraouies. Les deux militants et des milliers d’autres réfugiés sahraouis étaient animés par la volonté d’arracher leur droit à une vie libre et digne, au lieu d’attendre des miettes de leurs dirigeants qui ne pensent qu’à s’enrichir à travers les aides humanitaires. Même si Bachir Nasri était taxé d’insubordonné et de trouble-fête, les dirigeants du Polisario n’ont rien pu faire pour le neutraliser, par peur de susciter la colère de la tribu de Labeyhate. En plus, ce militant s’est fait une bonne réputation aux yeux des jeunes et des autres tribus installées dans les camps. A son retour sur sa terre natale, Bachir Nasri a eu droit à un accueil des plus chaleureux, surtout parmi les membres de sa tribu Labeyhate, dont son neveu, Mohamed Salem Labeyhi, parlementaire (PJD) à Laayoune. Commentant à chaud cet événement, ce dernier a assuré que le retour de son oncle est une grande victoire et un solide soutien au plan d’autonomie marocain. En revanche, a-t-il déploré, le départ de Nasri de Tindouf, est perçu comme étant une grande perte pour les partisans de l’autonomie dans les camps de Lahmada. Les camps de Tindouf, a-t-il assuré, regorgent encore de Sahraouis libres prêts à reprendre le flambeau et défendre comme le faisait Mohamed Salem Labeyhi ou Mustapha Selma avant que celui-ci ne soit banni en Mauritanie et éloigné de sa femme et de ses enfants séquestrés dans les camps de Tindouf.

 

اترك تعليقاً

لن يتم نشر عنوان بريدك الإلكتروني. الحقول الإلزامية مشار إليها بـ *

‫شاهد أيضًا‬

جسد باسبانيا ، وأصبع بالمخيمات كيف راسل ابراهيم غالي الصحراويين ، وهنأ الرئيس الجزائري والموريتاني بالعيد.

خرجت رسائل تهنئة دون سابق إنذار ، محررة من منطقة بئر لحلو التي لم يعد لها وجود بمجرد إعلان…