‫الرئيسية‬ Actualités L’éjection de Lamine Bouhali illustre la lutte féroce entre la direction et le chef du Polisario
13 يناير 2016

L’éjection de Lamine Bouhali illustre la lutte féroce entre la direction et le chef du Polisario

abdelaziz-bouhaliDifférentes lectures ont été données pour expliquer l’éloignement humiliant de Mohamed Lamine Ould Bouhali, le soi-disant ministre de la défense de l’illusoire république sahraouie, mais toutes confirment l’opposition farouche au chef du Polisario, qui ne doit son maintien qu’au bon vouloir du parrain algérien.

Parmi les explications avancées pour déchiffrer l’éviction dégradante de Bouhali, un ancien militaire dans l’armée algérienne, est celle de l’éloignement d’un homme gênant. Pour les tenants de cet argument, Bouhali était devenu une voix trop embarrassante.

Il avait bêtement multiplié ces derniers mois les menaces de retour aux armes contre le Maroc, décrédibilisant dans la foulée la direction du Polisario. Ses bravades inutiles ont montré le Front sahraoui et, à travers lui, l’Algérie comme de dangereux va-t-en guerre devant la communauté internationale.

Une maladresse d’autant plus compromettante que les grandes capitales et l’Onu continuent de chercher une solution politique négociée au problème du Sahara sur la base d’une approche réaliste et convenue.

En tout état de cause, des sources sûres dans les camps de Tindouf ont affirmé à Forsatin que l’éviction de Bouhali est le fait personnel du chef du Polisario. Mohamed Abdelaziz a, en effet, pris ombrage d’une déclaration de Bouhali, dans laquelle ce dernier avait affirmé, la veille de la clôture du congrès du Polisario de décembre 2015, que sa présence au ministère de la défense était de pure forme.

Bouhali avait expliqué qu’il avait les mains liées et que Mohamed Abdelaziz, qui a le total soutien du DRS algérien, monopolisait toutes les décisions au sein du Polisario.

Il n’est fallait pas plus pour que la décision de son éviction soit aussitôt prise. Et non seulement Lamine Ould Bouhali n’a pas été reconduit « ministre de la défense », mais il a été nommé « ministre de la Construction et du Repeuplement des territoires libérés ».

Suprême déchéance pour celui qui avait gravi les échelons de la hiérarchie militaire du Polisario et qui, dans un ultime sursaut de fierté, a refusé un ministère civil. Sachant que le « ministère de la Construction… », aussi bien que le reste des ministères du Polisario sont de simples coquilles vides.

اترك تعليقاً

لن يتم نشر عنوان بريدك الإلكتروني. الحقول الإلزامية مشار إليها بـ *

‫شاهد أيضًا‬

من يقود البوليساريو ؟؟

منذ مدة تعيش جبهة البوليساريو ، على وقع تخبط غير مسبوق، انعكس على واقع الحياة اليومية بالم…