‫الرئيسية‬ Actualités Onu- 4ème Commission: grande déception chez le Polisario et Alger
19 أكتوبر 2012

Onu- 4ème Commission: grande déception chez le Polisario et Alger

Au moment où on parle de plus en plus de la prochaine tournée du médiateur de l’ONU Christopher Ross dans la région, la question du recensement des populations sahraouies des camps de Tindouf revient sur la table. Cela malgré l’opposition farouche de l’Algérie et du Polisario. Un recensement devenu d’autant plus indispensable qu’il est à chaque fois rappelé par les instances onusiennes. La dernière en date a été lors de l’adoption par la 4ème Commission de l’Assemblée Générale de l’ONU d’un projet de résolution sur le Sahara. En plus de son soutien à la poursuite du processus de négociations, la 4ème Commission a insisté sur la nécessité de procéder au recensement des sahraouis se trouvant dans les camps du Polisario en Algérie. Le recensement ne sera pas le premier mené par le HCR et devrait, d’ailleurs, se conformer au droit international humanitaire. Mais dans le projet de résolution de la 4ème Commission, adopté le 15 octobre 2012, il n’y a pas que la question du recensement qui a indisposé Alger et son auxiliaire du Polisario.

Le fait que le texte appelle à la poursuite du processus politique vient conforter la démarche du Conseil de sécurité, adoptée depuis sa fameuse résolution 1754 de 2007. Car cette date correspond à la présentation par le Maroc de la proposition d’autonomie du Sahara, qui a marqué la relance du processus politique après des années d’impasse. L’ouverture offerte par le plan d’autonomie a incité le Conseil de sécurité à appeler inlassablement depuis lors, à des négociations empreintes de bonne volonté et de réalisme, sur la base des avancées réalisées en 2007. La position du Conseil de sécurité n’est d’ailleurs que le reflet de celle de la communauté internationale, qui voit dans la proposition d’autonomie une base de négociations sérieuse et crédible. C’est le cas de la France, dont le président François Hollande a qualifié le plan d’autonomie d’ “intéressant”. Et, à quelques semaines de sa visite en décembre à Alger, il n’est pas anodin que le chef de l’Etat français regrette que ce projet « n’avance pas ». C’est le cas aussi des Etats-Unis dont la secrétaire d’Etat Hillary Clinton a de nouveau réaffirmé, le 13 septembre dernier, le soutien de Washington au plan d’autonomie. La liste des partisans d’une solution basée sur l’autonomie est longue et ne se limite pas à ces deux puissances. Le Parlement européen, lui aussi, par la voix de son vice-président, Miguel Angel Martinez a appelé Alger, le 20 septembre, à « faire un pas en avant » pour parvenir à un règlement au Sahara. Connaissant les dessous du conflit régional sur le Sahara dans leurs moindres détails, l’espagnol Angel Martinez signifie ainsi que la clé du problème se trouve bien à Alger en non pas entre les mains d’un Polisario insignifiant.

 

اترك تعليقاً

لن يتم نشر عنوان بريدك الإلكتروني. الحقول الإلزامية مشار إليها بـ *

‫شاهد أيضًا‬

نداء استغاثة

أطلق الصحراويون بالمخيمات نداء استغاثة لانقاذ ما يمكن إنقاذه ، ولتدارك الأمور بعد تفاقم ال…