Tindouf: Le polisario cherche à faire passer pour un suicide le meurtre d’un autre opposant

prisontindoufLes camps de Tindouf deviennent chaque jour plus dangereux pour les opposants au Polisario, la mort de Brahim Ould Salek Ould Breika dans sa cellule de la prison de Dheibya en est l’illustration, en dépit des tentatives du front de travestir cette mort en suicide.

Ce prétendu suicide ne convainc toutefois ni la famille du défunt, ni les ONG de défense de droits humains. Car ce n’est pas la première fois que le Polisario prétend qu’un opposant s’est pendu dans sa cellule. En janvier dernier, il avait seriné la même rengaine avec l’opposant Ahmed Ould Mohamed Radi, qui avait succombé sous la torture.

Mais le Polisario avait eu l’audace d’affirmer qu’il s’était pendu avec les fils du ventilateur de sa cellule, comme si le mouvement séparatiste veillait à équiper ses geôles en ventilateurs.

Aujourd’hui, c’est la même histoire qui se répète avec Brahim Ould Salek Ould Breika. Connu pour ses positions à l’opposé de celles des dirigeants du Polisario, il était également un membre actif de la Jeunesse pour le Changement, un mouvement qui avait pris de l’ampleur dans les camps de Tindouf.

A ce titre et en tant que voix dissonante, il représentait une menace pour le Polisario qui maintient un contrôle stalinien sur les camps. Car les chefs du front séparatiste instrumentalisé par l’Algérie, à leur tête Brahim Ghali, ne tolèrent pas le moindre souffle d’opposition.

Certes, le Polisario bénéficie de l’isolement dans lequel il maintient les campements, sous le double contrôle de ses milices et des services de renseignements militaires algériens.

Mais les jeunes sahraouis des camps supportent de moins en moins ce cloisonnement, où la liberté d’expression et de mouvement sont bannis. Dans leur combat inégal, ils peuvent toutefois compter sur le soutien de l’Association sahraouie pour la défense des droits de l’Homme.

L’ASDDH, qui a déjà eu recours à la justice en Espagne contre des dirigeants du Polisario pour violation des droits de l’Homme, demande une enquête sur le meurtre de Brahim Ould Salek Ould Breika et sur les conditions de détention des opposants dans les geôles du Polisario.

 

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *