Camps de Tindouf: Le décès de trop qui embarrasse le Polisario

Tindouf-Camps-PolisarioDans les camps de Tindouf, la direction du Polisario se trouve dans une situation embarrassante et ne sait comment gérer la mort en détention, dans le terrible bagne de «Dhaibia», d’un sahraoui dont elle tente vainement de maquiller le décès en suicide, au grand dam de la famille du défunt et de la population sahraouie dans les camps.

Samedi 13 janvier, l’annonce du « suicide » du malheureux détenu sahraoui n’a pas convaincu grand monde dans les camps contrôlés d’une main de fer par le front séparatiste. Et pour cause, le Polisario qui prétend que le défunt appartenait à « une bande de malfaiteurs », a donné une étrange version du décès.

Le front soutenu par l’Algérie soutient que le détenu s’est suicidé par pendaison à l’aide des câbles de l’appareil de climatisation installé de sa cellule. Mais pour la famille du défunt, la ficelle est grosse, sinon grossière.

Sachant l’état pitoyable de la prison de triste réputation de «Dhaibia», l’installation de climatiseurs dans les cellules est certainement le dernier luxe auquel peuvent rêver les malheureux pensionnaires de ce lieu sinistre.

La famille qui appartient à la fraction des Bouihates, l’une des principales composantes de la tribu Rguibates, ainsi que de nombreux autres sahraouis dans les camps, sont convaincus que le détenu est mort sous la torture.

Jusqu’à présent, et en dépit de la pression des chefs du Polisario, les membres de la famille refusent d’enterrer le corps du défunt et exigent l’autopsie ainsi qu’une enquête sur les conditions de la mort de leur proche.

Share

This article has 1 Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *