Aaéroport de Madrid : Les jeunes sahraouis persistent à demander l’asile et craignent les conséquences d’un retour forcé dans les camps du Polisario

madrid-barajasDes jeunes sahraouis retenus à l’aéroport de Madrid ont contacté au téléphone Forsatin, lui demandant de les aider à mieux faire connaître leur cas afin de contribuer à empêcher que les autorités espagnoles les livrent au Polisario, dans le cadre d’un marché passé à Alger ente  l’ambassadeur d’Espagne dans la capitale algérienne et des représentants du front séparatiste.

Le groupe de sahraouis dément également les allégations colportées par des médias proches du Polisario, prétendant que ces jeunes qui ont fui les camps de Tindouf, n’ont pas de formation ou de qualifications particulières. Il s’agit de pures mensonges, affirment les membres du groupes qui compte des médecins et des cadres dans différentes spécialités.

Au départ, ils étaient 83 à avoir demandé l’asile collectif en Espagne avant que le groupe ne soit  réduit à 54, sous la menace de trahison et la pression terrible exercée sur leurs familles à Tindouf pour les dissuader de leur action.

Ce chantage du Polisario s’explique par la crainte des dirigeants du front soutenu par l’Algérie, d’un effet de contagion qui risque de toucher davantage de jeunes dans les camps de Tindouf, affirment les membres du groupe, qui assurent que les jeunes des camps n’ont plus qu’une chose en tête: fuir à tout prix les campements qui sont devenus un enfer pour les sahraouis.

Mais ce que le Polisario redoute le plus, c’est d’apparaître au monde entier sous son vrai visage, celui d’un mouvement répressif créé pour servir  l’agenda politique algérien dans la région, et qui opprime les sahraouis et les maintient en état de séquestration au service de ce dessein.

Heureusement, assurent les jeunes sahraouis retenus à l’aéroport de Madrid, leur action a eu pour effet d’ouvrir les yeux de nombreux activistes espagnols pro-Polisario. Ainsi, des associations et des défenseurs des droits humains espagnols qui soutenaient traditionnellement le front, participent désormais à des sit-in à l’aéroport pour dénoncer la détention des sahraouis demandeurs d’asile et le refus des autorités espagnoles de leur accorder le droit d’asile.

L’échec de leur renvoi de force sur un avion d’Iberia vers Alger a focalisé l’attention des médias espagnols et leur cas est devenu une affaire d’opinion publique.

Pour sa part Forsatin, en tant que défenseur des voix opposées au Polisario, et fidèle à la promesse donnée au groupe de jeunes demandeurs d’asile, appelle à la nécessité de hâter le règlement de leur cas, en acceptant leurs demandes d’asile politique en Espagne.

Forsatin appelle également à la nécessité de protéger les membres de ce groupe et d’empêcher leur expulsion vers l’Algérie, où ils risquent les pires formes de punitions pour leurs positions politiques contre le Polisario.

Le Forum demande enfin d’œuvrer pour desserrer l’étau imposé par le Polisario aux populations des camps et leur permettre de s’exprimer librement sur les abus et la répression dont ils sont l’objet dans les campements du Polisario à Tindouf.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *