Tindouf: Les pénuries s’aggravent menaçant les camps d’une crise humanitaire

tindouf-famineLa grave pénurie d’eau dans les camps de Tindouf qui se poursuit depuis plusieurs semaines, prend des proportions de crise humanitaire, rendant la vie pénible pour des milliers de sahraouis, au moment où les notables du Polisario et leurs proches se réfugient dans leurs résidences dans la ville algérienne de Tindouf, ainsi qu’en Mauritanie et en Espagne pour les chefs du front séparatiste.

Privée d’eau, soumise à une réduction drastique des rations de nourriture et de médicaments, la population des camps se trouve ainsi obligée de vivre dans des conditions inhumaines, alors que le Polisario prive les sahraouis de leur droit le plus élémentaire à se déplacer hors de ces camps.

La diminution constante des stocks de produits alimentaires de base destinés aux habitants vulnérables des camps, notamment le sucre et le riz, est appelée à s’aggraver encore davantage avec l’arrivée du mois de ramadan.

Même les appels des ONG internationales pour augmenter l’aide humanitaire à la population des camps restent lettre morte. La cause est à rechercher dans les détournements de ces aides par le Polisario. Ces pratiques avaient été mises à nu par l’Office européen de lutte anti-fraude. L’OLAF a apporté les preuves, chiffrées et documentées, de la responsabilité des chefs du Polisario, avec la complicité de responsables algériens, dans ces détournements infâmes.

Les appels pour l’aide humanitaire  resteront également sans réponse tant que l’Algérie refuse de procéder au recensement de la population vivant dans les camps de Tindouf comme le lui demande constamment le Conseil de sécurité de l’ONU.

Mais le régime politico-militaire algérien continue de faire la sourde oreille car, pour lui, la population des camps de Tindouf est une carte maîtresse et un moyen de chantage implacable dans l’épreuve de force diplomatique qu’il livre au Maroc dans l’affaire du Sahara.

De même, les appels des ONG humanitaires internationales resteront sans suite en l’absence d’un mécanisme de contrôle international indépendant. Ce dernier devrait être chargé de superviser la distribution de l’aide directement aux habitants des camps, sans l’intervention des dirigeants corrompus du Polisario.

Share

This article has 1 Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *