Tindouf: Le Polisario sous la pression de la débâcle de Guergarat

post-guergarateDepuis son retrait humiliant de Guergarat sous la pression des membres du Conseil de sécurité, le Polisario fait face à une véritable fronde à l’intérieur des camps de Tindouf, où la direction du front séparatiste est accusée par la population sahraouie de continuer de s’imposer à coup de slogans creux.

Face à cette nouvelle grogne de la population, le Polisario a déployé d’imposantes mesures de sécurité, interdisant notamment la circulation nocturne dans les camps de Tindouf. Le chef du Polisario, Brahim Ghali, a également soumis les déplacements entre les différents camps à l’obligation de disposer d’un laisser-passer.

Pour ne rien laisser au hasard, le Polisario a redoublé les rondes de ses éléments armés qui ont montré par le passé qu’ils ne reculaient devant rien et étaient capables du pire. Les éléments du Front sont prêts à toutes les exactions en pareilles circonstances. Le Polisario compte toutefois sur le soutien des militaires algériens, dont un grand nombre sont constamment positionnés tout autour des camps de Tindouf.

Mais outre les sahraouis de Tindouf qui continuent d’accuser la direction du Polisario de mensonges et de corruption, cette fronde cache aussi la main de Mohamed Lamine Bouhali, selon des sources bien informées dans les camps. Après la débâcle de Guergarat d’où le Polisario s’est retiré dans la confusion totale, l’ancien soi-disant ministre de la défense Bouhali n’a pas hésité à accuser Brahim Ghali de « menteur » qui vend des chimères aux sahraouis en qualifiant ses défaites de succès.

Cette réaction est toutefois loin d’être une surprise, à cause notamment de la vieille animosité que nourrit Bouhali contre le chef du Polisario, Brahim Ghali. Car Bouhali n’a jamais accepté d’avoir été écarté de la direction du Polisario, poste qui a finalement échu à son rival Brahim Ghali, le préféré des généraux algériens.

Share

This article has 1 Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *