Le chemin de l’autonomie passe par Tindouf

Mustapha Salma Ould Sidi Mouloud décide de rentrer dans les camps de Tindouf Moustapha Salma Ould Sidi Mouloud, l’inspecteur général de la police du Polisario,

Mustapha Salma Ould Sidi Mouloud décide de rentrer dans les camps de Tindouf Moustapha Salma Ould Sidi Mouloud, l’inspecteur général de la police du Polisario, qui a courageusement soutenu le Plan d’autonomie au Sahara, a décidé de rentrer dans les camps de Tindouf. Il compte y faire campagne en faveur de ce projet qui devrait favoriser un règlement définitif et durable du conflit régional sur le Sahara.
En sa qualité de responsable du Polisario, il veut prêcher l’autonomie aussi bien parmi les simples sahraouis des camps, qu’auprès de la direction du Polisario pour tenter de convaincre ses membres de la pertinence de la proposition d’autonomie. « Je quitterai lundi matin (30 août), la tête haute, la région à destination de Tindouf, puisque je suis et je demeure l’un des habitants des camps », a-t-il fièrement annoncé sur la chaîne régionale de Laâyoune.Il ne manquera pas d’arguments pour expliquer sa démarche et ses convictions. Car les deux mois qu’il a passés auprès de son père et de sa famille à Laayoune, lui ont permis de se faire une idée des changements intervenus depuis une trentaine d’année au Sahara. « J’ai pu constater de visu l’énorme progrès des villes sahariennes, les grands efforts d’urbanisation de la région et l’intégration des sahraouis dans tous les aspects de la vie quotidienne », témoigne-t-il dignement.Le responsable du Polisario a aussi rencontré de nombreux sahraouis, particulièrement des jeunes, qui ont regagné le Maroc après avoir fui les camps de Tindouf ces derniers mois.
Moustapha Selma avait à peine 11 ans lorsqu’il a été enlevé avec sa mère, ses frères et sœurs lors de l’attaque du Polisario contre Smara le 6 octobre 1979. Conduit dans les camps de Tindouf, tenus par le Polisario avec l’aide de l’armée algérienne, il sera soumis à un endoctrinement méthodique avant d’être envoyé en Libye, puis en Algérie.

 

 

 

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *