Tindouf: la colère ne faiblit pas contre Mohamed Abdelaziz

chhef-polisariooLe scandale des détournements massifs de l’aide humanitaire internationale ne cesse de s’amplifier dans les camps de Tindouf, où de nombreux jeunes protestent contre les dirigeants du Polisario et les responsables algéries impliqués dans cette rapine organisée.

Les protestataires exigent notamment l’envoi de commissions d’enquête internationales pour prendre connaissance de l’ampleur des privations dont souffre la population sahraouie. Les camps de Tindouf ne reçoivent que les miettes de l’aide humanitaire, alors qu’une grande partie des produits offerts sont détournés au profit de responsables véreux.

Pourtant, les protestations ne sont pas uniquement à caractère social. Les jeunes en particulier s’opposent farouchement à la direction du Polisario, qu’ils accusent d’être totalement inféodée à l’Algérie. La plupart des sahraouis des camps de Tindouf considèrent que le chef du Polisario a galvaudé la cause sahraouie en en faisant un instrument entre les mains d’Alger.

Conscients de la dérive dans laquelle le chef du Polisario a entraîné leur cause, les sahraouis de Tindouf s’organisent pour dénoncer la mainmise des dirigeants algériens. L’Algérie impose Mohamed Abdelaziz depuis maintenant 40 ans contre l’avis de la majorité écrasante des sahraouis. Mais ces derniers savent aussi que ce sont les hauts gradés du DRS, les services secrets algériens, véritables maîtres des camps de Tindouf, qui orientent la question du Sahara selon leur agenda politique dans la région.

D’ailleurs, la confiscation de la cause sahraouie par l’Algérie a été décriée cette semaine par deux membres fondateurs du Polisario. Mohamed Cheikh Biadillah et Bachir Dkhil ont établi le même diagnostique: le Polisario n’est pas maître de ses décisions, c’est l’Algérie qui détient la clé du problème du Sahara.

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *