Détournements : le chef du Polisario évite de se montrer en public

tinddouf-refugDans les camps de Tindouf, les sahraouis ne décolèrent pas contre les responsables du Polisario depuis les révélations de l’Union européenne sur les détournements à grande échelle des aides humanitaires internationales, à tel point que Mohamed Abdelaziz évite de se montrer en public.

D’après des sources biens informées dans les camps, le chef du Polisario cherche à apparaître le moins possible de crainte d’être pris à partie par une population sahraouie écœurée par l’ampleur des détournements. Surtout que le trafic des produits de l’aide humanitaire internationale qui sont ensuite revendus sur les marchés parallèles, se fait aux dépens d’une population sahraouie démunie. Non seulement, la population reçoit des denrées de moindre qualité que celles fournies par l’aide internationale, mais elle doit en plus payer pour se procurer certains produits qui lui sont destinés à l’origine gratuitement.

L’enquête menée par l’OLAF, l’office anti-fraude de l’UE, a en effet montré que les « produits d’un élevage de volailles financé par l’aide internationale sont vendus et non donnés aux réfugiés ». Les produits internationaux détournés, dont l’Union européenne fournit à elle seule 10 millions d’euros annuellement, se retrouvent à la revente sur les marchés en Algérie, en Mauritanie, au Mali et ailleurs au Sahel.

Toutefois, expliquent les mêmes sources, la population sahraouie n’est pas tellement choquée par les révélations elles-mêmes, puisque les détournements sont un secret de polichinelle à Tindouf. Le plus révoltant, c’est le fait de taire délibérément les noms des responsables algériens et de leurs complices du Polisario qui sont impliqués dans ce trafic abject.

Les sahraouis de Tindouf qui étaient au courant de ce négoce malhonnête, en connaissaient en même temps certains responsables. C’est pourquoi ils ne comprennent pas l’attitude consistant à dissimuler les noms des corrompus du Polisario et leurs compères algériens qui doivent normalement répondre de leur actes devant la justice, rapportent les mêmes sources.

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *