Tindouf : l’onde de choc des émeutes encore perceptible

Les suites des émeutes qui ont enflammé dimanche la soi-disant wilaya de Laâyoune, à Tindouf continuent de rythmer la vie dans les camps, où les habitants réclament la libération des jeunes sahraouis arrêtés au cours des affrontements avec les milices du Polisario.
Malgré les importants renforts envoyés par le Polisario, la tension est encore perceptible dans le camp où le moindre incident peut à nouveau dégénérer, selon des sources fiables contactées par Forsatin sur place. Encouragée par le succès moral remporté dimanche contre le wali Hamma Ould Bounya, blessé dans les affrontements, la population n’hésite plus à défier ouvertement l’autorité du Polisario. Harakat Attaghyr, le Mouvement des jeunes pour le changement, a rendu public un communiqué dans lequel il exige la démission du chef du Polisario. Mohamed Abdelaziz est notamment accusé de trahir la cause des sahraouis, bradée pour servir les ambitions régionales nourries par les généraux algériens. Le Mouvement accuse également la direction du Polisario d’être responsable du blocage de tout règlement de la question du Sahara et apporte son soutien au plan marocain d’autonomie.

Par ailleurs, des sources bien informées à Tindouf ont rapporté que Mohamed Abdelaziz a reconnu en présence de plusieurs responsables du Polisario que le Front avait lamentablement échoué dans sa stratégie visant à enraciner une culture de l’insurrection dans les villes du Sahara. Pire encore, la misère et les interminables privations prévalant dans les camps de Tindouf sont devenues un véritable repoussoir aux yeux de tous les sahraouis, a-t-il confié avec amertume.

Une situation qui n’est pas près de s’améliorer compte tenu de l’exaspération des jeunes sahraouis des camps, abandonnés au désoeuvrement et au désespoir et sans perspective de lendemains meilleurs.

 

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *