Les ralliés célèbres

Les « ex » du Polisario qui ont regagné le Maroc ne se comptent plus. Mais dans le nombre incalculable des ralliés, certains noms retiennent l’attention plus que d’autres. Ils ont la plupart du temps occupé d’importantes responsabilités dans la hiérarchie du mouvement séparatiste.
Certains étaient chargés des activités diplomatiques du Polisario, d’autres s’occupaient des tâches de sécurité ou de propagande. Tous ont dénoncé les pratiques totalitaires de la direction du mouvement séparatiste. Voici le parcours de quelques uns des responsables du Polisario qui ont rejoint le Maroc après l’appel lancé par le Roi Hassan II « la patrie est clémente et miséricordieuse » :

  • Omar Hadrami

Omar hadramiIl a fait ses études à l’École normale supérieure de Rabat, avant de rejoindre le Polisario, dont il devient le chef de la Sécurité militaire. Omar Hadrami représentait les séparatistes auprès de l’ONU à New York lorsqu’il a rallié le Maroc en 1989.


  • Brahim Hakim

Brahim hakim
Il a été l’un des principaux artisans du forcing diplomatique ayant abouti à l’entrée de la république sahraouie dans l’Organisation de l’unité africaine (OUA). Brahim Hakim, a occupé le poste de «ministre des affaires étrangères de la RASD» avant de rallier le Maroc en août 1992.

 

 


  • Mustapha Bouh Al Barazani
    C’est l’ex- « Monsieur Propagande » du Polisario qu’il a rejoint à 18 ans. Repéré pour ses qualités en communication, il est envoyé à Alger où il s’occupe de la radio et du journal du mouvement séparatiste. Il accède au bureau politique en 1978, puis devient responsable du Commissariat politique de l’armée.
    Progressivement, Mustapha Barazani commence à prendre ses distances du Polisario dont il juge les objectifs irréels, avant de rallier le Maroc en 1991.

  • Guejmoula Bent Abbi

Guejmoula Bent Abbi Ancienne présidente de l’Union des femmes sahraouies dans les camps de Tindouf, en Algérie, Guejmoula Bent Abbi était aussi membre du bureau politique du Polisario.
Désabusée des objectifs et des pratiques du Polisario, elle rallie le Maroc en 1991. Depuis, elle participe activement à la vie politique du pays. Aujourd’hui, elle est parlementaire du PPS (Parti du Progrès et du Socialisme).


  • Lahbib Ayoub

hbib ayoubMembre fondateur du Polisario, il était l’un des principaux chefs militaires du mouvement. Dans les rangs du Polisario, il était surnommé « Giap ».
Ecoeuré par la direction du mouvement séparatiste, qu’il estimait totalement alignée sur Alger, Lahbib Ayoub regagne le Maroc en octobre 2002.
Il décrit ainsi le soutien militaire algérien au Polisario : « En
août 1983, lorsque, pendant un mois, j’ai assiégé à nouveau la localité de Lemseied, ce sont eux (les algériens) qui m’ont donné l’ordre de me retirer : ils craignaient que Hassan II n’exerce un droit de poursuite. Leurs radars de Tindouf et de Béchar nous informaient lorsque des avions marocains se dirigeaient vers nos colonnes (…) Sans eux, nous aurions été aveugles et sourds».


  • Hammati Rabbani

Hammati RabbaniEn 1975, il rejoint le Polisario où il va passer plus de 30 ans. Il occupe plusieurs postes de responsabilité, dont celui de ministre de la justice. Un poste qu’il va perdre lorsqu’il montre sa solidarité avec les émeutiers de 1988 dans les camps de Tindouf.

Sur les raisons de son ralliement au Maroc en juin 2005, Hammati Rabbani raconte : « Mohamed Abdelaziz, président inamovible depuis 1976, soit presque trente ans maintenant, décide en s’entourant de ses proches et en prenant ses conseils ou ses ordres à Alger. Ceux qui le contestent sont écartés ou soumis à des enquêtes de sécurité (…) Alors, j’ai décidé de mettre fin à ma participation à cette dangereuse utopie et je suis rentré… ».


  • Ahmeddou Ould Souilem

Ahmeddou Ould Souilem Membre fondateur du Polisario, il a représenté le mouvement dans plusieurs capitales, et occupé également le poste de «ministre conseiller à la présidence de la Rasd».

Brouillé avec la direction du Polisario sur les objectifs et la conduite du mouvement, Ahmeddou Ould Souilem rejoint le Maroc en juillet 2009. Il a par la suite été nommé ambassadeur du Maroc en Espagne.

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *